Le 10 mars 2021, Etienne Saillard était l’invité de l’émission Ensemble et c’est mieux de France 3 Bourgogne Franche Comté. Les autres invités et l’animateur lui-même ont été surpris et charmés de découvrir son métier de tabletier : un métier ancien et rare, très ancré dans la tradition artisanale jurassienne.

Vous pouvez voir ou revoir l’émission (la présentation de notre atelier d’ébénisterie marqueterie intervient à partir de la 24e minute) :

Métier d’hier, passion d’aujourd’hui

Artisan d’art, le tabletier réalise des objets en bois, finement décorés : coffrets, boîtes à musique, accessoires de bureau, jeux… Voici quelques exemples des décors que nous réalisons en marqueterie  dans notre atelier de Dommartin :

La marqueterie de paille pour des décors tout en finesse…

L’atelier Bois Plaisir perpétue notamment une tradition très spécifique de l’artisanat d’art : la marqueterie de paille. Pour les décors réalisés grâce à cette technique, Étienne Saillard utilise une paille de seigle qui n’est aujourd’hui plus produite que par un seul producteur : Jean-Luc Rodot, qui poursuit cette culture engagée il y a plus de 30 ans par son père en Saône-et-Loire [http://www.pailledeseigle.com/]. Il faut dire que l’utilisation de la paille de seigle en marqueterie nécessite une récolte et un triage manuels : le tabletier doit recevoir un brin de paille qui ne soit absolument pas endommagé, de manière à pouvoir l’utiliser entier. Il devra l’ouvrir avec un stylet, l’aplatir. Il l’utilisera alors comme il le ferait pour les pièces de bois traditionnelles de la marqueterie. Avec la paille, l’opération est particulièrement délicate : il ne faut en l’ouvrant ni la rayer, ni la marquer. La paille a, en effet, sa protection et son fini naturels qu’il ne faut donc surtout par altérer par un geste malencontreux. Une fois positionnée, on peut colorer la paille à l’aide de teintures pour tissus. Ces couleurs font preuve d’une excellente résistance au temps : elles sont très solides à la lumière.

La spécialité du Bois Plaisir : la boîte à musique traditionnelle

L’atelier Bois Plaisir fait partie de la filière de longue tradition qui regroupe des artisans et conjugue leurs arts pour redonner toute sa force à la magie d’antan qu’offre la boîte à musique artisanale. Étienne consacre une grande partie de son activité à créer de magnifiques écrins pour les mécanismes musicaux réalisés par d’autres maisons.

Ce magnifique coffret à musique abrite un mouvement fabriqué par la Maison Reuge à Sainte Croix , de l’autre côté de la frontière suisse.

Dans le monde enchanté de la boîte à musique, le rôle du tabletier est d’abord d’offrir une caisse de résonance au mouvement musical. Les coffrets fabriqués à la main chez Bois Plaisir sont ainsi réalisés avec un fond en épicéa qui permet d’obtenir une résonance et une qualité musicale optimales. Ils sont ensuite finement ornés de décors en marqueterie aux thématiques et aux styles variés. Chacun pourra ainsi choisir la forme et le décor du coffret qui servira d’écrin à la chanson douce pour laquelle il aura opté !

Tout un tas d’autres matériaux décoratifs peuvent être utilisés en marqueterie, en fonction du décor que l’on cherche à réaliser. On utilisera aussi bien des matières organiques comme la corne, l’os, le galuchat, ou encore l’écaille de tortue, ou la nacre, que des matériaux d’incrustation ferreux (laiton, étain).

La marqueterie, un art de la composition

La marqueterie commence bien sûr par l’amour du bois. Toutes sortes d’essences sont utilisées, non pas pour les qualités physiques du bois, mais pour ses qualités décoratives. C’est pour cette raison que le tabletier aura sur le bois un regard bien à lui… Il pourra ainsi éprouver un grand intérêt face à ce que d’autres fabricants pourraient juger comme un défaut du bois. Les marques particulières laissées sur un arbre endommagé par le temps ou par un abattage défectueux conféreront à ce matériau un intérêt esthétique certain pour réaliser les compositions qu’il aura imaginées. Par exemple, un bois attaqué par un champignon de moisissure subira ce qu’on appelle le bleuissement du bois. Pour Étienne, les veinages créés par cette maladie sont une aubaine : ils deviendront un ciel sur son décor en marqueterie !

Le ciel de ce paysage d’hiver a été créé avec un bois « bleui »